L’infertilité, une préoccupation croissante

L’infertilité touche de nombreux couples en France. Les causes ne sont pas toujours décelables : elles peuvent aussi bien être d’origine physiologique que psychologique.

Quand réagir ?

Avant tout, il faut savoir que pour un couple de fertilité standard, il y a théoriqement une chance sur six (sur un mois de rapports non protégés) d’aboutir à une grossesse.
En pratique, en tenant en compte l’impact de notre mode de vie, de notre alimentation, etc, l’ensemble des couples français mettent en moyenne 10 mois pour avoir un bébé.

Il ne faut donc pas s’alarmer si bébé ne vient pas dans les premiers mois. En revanche, le taux de fertilité varie en fonction de l’âge.
Aussi, on peut considérer qu’il faut commencer à s’inquiéter au bout de :
– 1 an de rapports non protégés pour un couple de 20 à 30 ans.
– 2 ans de rapports non protégés pour les couples de plus de 35 ans.
Cependant, certains spécialistes préfèrent déclarer les couples de plus de 35 ans comme stériles au bout de 6 mois d’essais infructueux : ceci afin de traiter plus vite l’infertilité des femmes plus âgées.

Les examens à réaliser

Si vos essais de bébé restent infructueux et vous pré-occupent, parlez-en à votre médecin. Il saura vous guider, et vous proposer des examens adaptés.

Examens pour les femmes
– Prise de sang pour les dosages hormonaux et la sérologie.
– Courbe de températures, pour déterminer la qualité de l’ovulation.
– Test de Huhner (prélèvement de glaire cervical en milieu de cycle dans les 10 heures suivant un rapport non protégé), afin de tester la qualité de la glaire, l’ouverture du col, ainsi que la mobilité et la quantité des spermatozoïdes.
– Echographie pelvienne, pour vérifier les ovaires et l’utérus.
– Hystérosalpingographie (examen radiographique), pour vérifier de façon plus poussée l’appareil reproducteur.
– Hystéroscopie (introduction d’un système optique dans la cavité utérine), pour visualiser les trompes et la paroi de l’utérus.
– Coelioscopie (sous anesthésie générale), pour tester la perméabilité de l’utérus vers les trompes.

Examens pour les hommes
– Spermogramme (recueil de sperme au bout de 3 jours d’abstinence)
En cas d’anomalie, les examens complémentaires sont les suivants :
– Caryotype (examen génétique)
– Dosages hormonaux et recherche immunologique
– Biopsie testiculaire.

Solutions et traitement

Sachez que les couples français sont nombreux à éprouver des difficultés à concevoir un bébé. D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 15 % environ des couples en âge de procréer viennent consulter pour une possible infertilité.

Faites une pause
Avant de passer aux traitements, il est peut-être de bon de se laisser le temps de faire une pause. En effet, la question de l’infertilité suscite la consternation au sein du couple. Les sentiments de désirs et d’amour laissent peu à peu place au souci de la performance : la conception d’un bébé peut parfois prendre des proportions trop importantes, rendant cet acte plus mécanique que simplement naturel.
Il suffit parfois à certains couples de tout laisser tomber pendant quelques mois pour retrouver une certaine sérénité, se retrouver soi-même, reconstruire l’équilibre conjugal, et ainsi aboutir à une grossesse “surprise”.
Néanmoins, si vous souhaitez entamer des traitements, vous trouverez ci-dessous les principales solutions actuellement proposées par les médecins.

Traitements pour les femmes
– le citrate de clomifène (favorise l’ovulation par un traitement hormonal),
– puis les gonadotrophines (stimule directement les ovaires),
– et enfin l’Aide Médicale à la Procréation ou AMP :
    * Fécondation In Vitro (FIV)
    * Injection IntraCytoplasmique de Spermatozoïde (ICSI)
    * Transfert IntraTubaire de Gamète (GIFT)
    * Transfert de blastocyste (implantation d’embryon)
    * Don d’ovocytes

Traitements pour les hommes
– un traitement hormonal à base de médicaments,
– l’Aide Médicale à la Procréation ou AMP,
– l’intervention chirurgicale (lorsque l’infertilité est attribuée à des antécédents d’infections ou d’inflammation ou des anomalies du système reproducteur)

Couples stériles : vous n’êtes pas seuls

La fertilité est loin d’être un phénomène isolé. Notre mode de vie, le stress, l’alimentation, les blessures psychologiques, les défaillances de notre système reproducteur, toutes ces raisons peuvent amener un couple à éprouver des difficulté à concevoir un bébé.

Si vous êtes touchés par l’infertilité, vous devez savoir avant tout que vous n’êtes pas seuls dans ce cas. D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 15 % environ des couples en âge de procréerconsultent pour une possible infertilité, généralement après deux années d’essais infructueux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *