• On a testé : le lissage brésilien chez Massato !!
 
Nous, à la rédaction Mode, on est comment dire… comme vous : on se galère tous les matins à faire des brushings qui durent des heures, pour un résultat moyen, et même médiocre, voire carrément moche (ah, vous aussi ?).
 
Parfois en prévision d’un rendez-vous professionnel super important, on se lève une heure plus tôt, oui une heure (salut les cernes, bonjour les dégâts) pour peaufiner un mââgnifique brushing maxi glossy top classe qui nous ferait presque dire “ouah, je suis canon aujourd’hui”. Et hop, direction le bureau, avec une confiance en soi boostée au MAX !!
Sauf qu’en sortant du métro, malheur… une légère bruine dehors vient méchamment conférer à l’atmosphère une humidité FATALE, qui transforme instantanément notre chevelure de rêve éphémère en une broussaille mousseuse catastrophique (ah, ça vous parle ?). Et ce jour là, non seulement on se tape les grosses cernes de notre réveil matinal et en plus nos cheveux ne ressemblent plus à rien : précisément à ce moment-là, la confiance en soi, on peut s’essuyer les pieds dessus.
 
Et voilà, c’est comme ça qu’à force d’entendre parler du lissage brésilien, et de se dire trop souvent “oh mon dieu cette pauvre femme avec ses cheveux broussailleux – oups un miroir – oups c’est moi en fait”, on finit par se dire qu’on se laisserait bien tenter par cette révolution dont tout le monde parle.
Un lissage brésilien, oui, mais… par n’importe lequel : le LISSAGE BRESILIEN MASSATO, le vrai, l’unique !!
 
La rédaction prend RV chez Massato

 
RV est pris pour le 12 novembre 2011 : attention, Massato ça coûte une méga blinde. Ca coûte tellement cher qu’ils demandent un chèque d’acompte de 100 euros au moment de la prise du rendez-vous… C’est pas un truc de dingue, ça ?? On paye l’acompte de réservation pour un chalet à la montagne, ou bien ?? Non-non, on prend RV chez Massato. C’est carrément un monde à part complètement hallucinant, chez Massato.
 
Et quitte à faire des folies (au point où en est) on décide donc de faire un lissage brésilien, ET une couleur, ET une coupe. Bah oui, on ne va pas tous les jours chez le super coiffeur de la type 100% tendance dont tout le monde parle iciiii à Pariiiis.
 
Par ailleurs, il faut passer les voir au salon avant le rendez-vous, afin qu’ils établissent un diagnostic vis-à-vis de l’état de vos cheveux… en l’occurrence, de l’état des cheveux de la rédactrice en chef, car oui C’EST ELLE, la veinarde, qui va s’y coller ! C’est Martio le coiffeur et Jennyfer la coloriste qui vont principalement s’occuper d’elle. En ce qui la concerne, le verdict sur l’état de sa tignasse est sans appel : sa frange est trop longue, ses cheveux mousseux (il pleut à torrent dehors ce jour-là), sa coupe apporte trop de volume en bas et pas assez en haut, et elle a des mèches blanches visibles. Bref, il y a du travail.
 

Avant
En matière de lissage brésilien, rien ne vaut un bon “avant – après” : allez hop, et voilà notre rédac-chef préférée avant l’aventure brésilienne… Comme on peut le remarquer, on voit qu’elle a fait un (gros) effort avec son brushing mais le résultat n’est pas terrible : par ailleurs, on peut constater que sa coupe est totalement has been.

Le jour J : let’s go chez Massato !

 
Il faut savoir que chez Massato, tout est chic à commencer par le quartier (le salon rue Robert Estienne dans le 8ème se trouve tout près des Champs Elysées). En plus ce matin-là, il fait beau, alors rien que pour le plaisir, on vous met une petite photo :

 
Le salon Massato en question se trouve au bout d’une impasse, voici la devanture (au fond à gauche, avec les lumières) :

 
La rédaction va vivre POUR VOUS et AVEC VOUS l’expérience Massato.

Le salon

 
Une fois à l’intérieur, on s’aperçoit rapidement qu’il y a plus de salariés Massato que de clientes, c’est fou !? En fait, un salon Massato ne reçoit que 10 à 12 clientes par jour (aïe aïe aïe, la facture ça va cogner). Et sinon, à quoi ressemble le lieu où les rêves des parisiennes deviennent réalité ? A un endroit sobre, chic, et accueillant.
Une petite photo ? Allez deux, même :
    
 
Premières minutes : prise de connaissance des lieux. Il y a une personne à plein temps dédiée à l’accueil (truc de ouf, chez un coiffeur), des spécialistes coiffeurs, des spécialistes coloristes, en fait rien que des spécialistes.

En attendant que son coiffeur attitré (Marcio) arrive, la rédac’chef demande un book pour avoir un aperçu des coupes Massato.
Et là, stupeur !! Le book est composé à 100% de photos de stars et de personnalités politiques, coiffées par Massato himself… photos griffonnées de mots de remerciement, signées par les stars elles-mêmes ! Ci-joint une des photos du book, correspondant à la coupe de Cécilia signée de sa main et saluant les compétences capillaires de Massato.

 
Ouahouuuu… ah là, c’est sûr, la facture elle va douiller sévère. Tout ça commence à faire naître un léger doute à pouvoir effectivement payer au moment de la sortie : quand on ne peut pas payer à la fin de son resto, on fait la plonge, mais quand on ne peut pas payer en sortant du coiffeur, on fait quoi ? Les shampoings ?
Bon, finalement décision est prise de rester quand même, advienne que pourra.

La coupe

 
Finalement, Marcio, le coiffeur arrive : contrairement à la rumeur comme quoi chez Massato les coupes ne se font que sur cheveux secs, là ça sera sur cheveux mouillés : en effet, Marcio explique que les coupes sur cheveux secs se pratiquent uniquement lorsque le coiffeur connaît sa cliente. Ca vous en bouche un coin, n’est-ce pas ?
 
Allez hop, direction le bac, c’est parti pour un 1er shampoing. Suite à quoi, Marcio commence son travail d’orfèvre sur la rédac’chef. Le geste est sûr, le coup de ciseaux précis, la démarche assurée. Chaque bout de cheveux est délicatement sculpté. Finalement, au bout de 30 minutes, il n’a pas beaucoup coupé, le changement est subtil. En même temps notre rédactrice en chef, elle n’avait pas vraiment l’intention de se couper les cheveux (plutôt celle de se les faire pousser, en fait), donc on peut dire que son souhait est respecté. De toute façon la coupe n’est pas finie, Marcio précise qu’il achèvera son oeuvre après le lissage brésilien. Il laisse donc notre chère cobaye entre les mains de la coloriste.

La couleur

 
La coloriste, c’est Jennyfer (Jenny pour les intimes). Et la couleur, ça lui connaît. La rédac’chef la laisse donc libre de couvrir les cheveux blancs à sa guise : c’est parti, donc, pour un “ton-sur-ton”. Pourquoi ? Parce qu’un ton-sur-ton n’abîme pas la chevelure et masque les cheveux blancs. Bon ça s’en va au bout de 3 mois mais c’est ce qui pourrit le moins la fibre capillaire.

Elle conseille pour notre cobaye un ton-sur-ton couleur Chocolat, de Color Touch. Ensuite, elle appliquera un léger “voile de balayage” pour créer du relief à la couleur. On fait donc poser la couleur : regardez la rédac’chef, comme elle est mimi !!

 
Puis vient par la suite la pose du voile de balayage (qui s’avère être plutôt une sorte de voile transparent de balayage car à vrai dire… on ne voit pas tellement où se trouve le relief sur la couleur de cheveux, mais bon : Jennyfer, 100% pro, proposera même de recommencer mais ça fait déjà deux heures que l’expérience Massato a débuté alors bon : peut-être que le luxe, ça se doit aussi d’être très subtil, même pour les voiles de balayage).
 
Et ensuite, hop : deuxième shampoing… par l’assistante : et là aïe, le tirage de cheveux, mais bon sang il y a des nerfs sur la peau du crâne, on se calme là, aouille… help !! Bon sang, elle fait trop mal, la rédactrice en chef elle a tellement jonglé qu’elle en avait limite les larmes dans les yeux. Et oui, même chez Massato il faut souffrir pour être belle. Mais la délivrance finit par arriver, et on passe à l’étape tant attendue : le LISSAGE BRESILIEN !

Le LISSAGE BRESILIEN, ENFIN !!!

 
La rédac’chef est totalement excitée à l’idée de passer à l’étape du lissage brésilien…
Mais d’abord, quelques rappels : le lissage brésilien, qu’est-ce-que c’est ? Et bien ça n’EST PAS un lissage (Oooh :’-(((… grosse déception, même si Massato avait prévenu, on a toujours tendance à croire au miracle lorsque les mots “lissage brésilien” tombent dans nos oreilles).
Mais pourquoi ça s’appelle “lissage”, alors ?? En réalité c’est juste un soin durable, qui va donner aux cheveux un aspect (un peu) plus brillant que d’habitude, et (un peu) plus lourd, donc (un peu) moins de frisottis…
Ce qui signifie que, même avec un super lissage brésilien de Massato, la femme reste condamnée à passer beaucoup trop de temps dans sa salle de bain pour dompter sa tignasse. Là il faut avouer que ça n’est plus une déception, c’est carrément la dépression. Dire que, quelque part, on espérait quand même dans un petit coin de notre tête que le lissage brésilien nous ferait sauter l’étape brushing.
 
Bon, maintenant que précision est faite, allons droit au but : le lissage brésilien, comment ça se passe ?
Déjà il n’y a pas une, mais DEUX sortes de lissages brésiliens. La première sorte de lissage, c’est celle des galériennes : un produit qu’il faut laisser poser 48h sans faire de queue de cheval ni se mouiller (gare à la pluie) ni barrettes, ni rien, bref, pendant 48h c’est périmètre de sécurité obligatoire d’un kilomètre autour de vos cheveux.
Et la deuxième sorte, c’est un truc qui se rince chez le coiffeur et juste après chez nous on peut se faire des couettes tressées sous la douche si on veut, ça n’abîmera même pas notre lissage brésilien. Mais par délicatesse, Marcio demande toujours quel lissage brésilien la cliente préfère… Et la rédac’chef, elle a horreur des galères, surtout avec sa vie de femme-mère-épouse-working girl, donc elle choisit la deuxième sorte de lissage brésilien.
 
Et ensuite ? Premièrement, Marcio apporte avec lui un matériel similaire à celui de la coloriste. Et avec son pinceau, il applique une sorte de crème blanche sur des mèches finement sélectionnées avec son peigne de pro. Et cette crème blanche, elle sent super bon !! Disons que ça rappelle l’odeur des bonbons Haribo, notamment ceux en forme de banane. Marcio indique qu’il s’agit du parfum “Fruits de la Passion”. MMMmmhhhh.
 
Une fois l’intégralité de la chevelure imprégnée du produit, c’est l’heure de la cuisson : on vous met 20 minutes environ sous une espèce de casque du futur qui envoie de la chaleur pour faire pénétrer le produit… et aussi de l’air bien sûr, pour éviter de trop transpirer là-dessous (parce que c’est pas classe de transpirer chez Massato).
 
Et là, tout le monde se demande à quoi peut ressembler le casque futuriste de Massato ??
Allez, le voici :

Vingt minutes, c’est long : alors le salon propose du thé pour patienter. Mais pas du thé en sachet discount dans un gobelet plastique, attention : une théière tout ce qu’il y a de chic-et-de-bon-goût, rempli de feuilles de thé vert (excellent, par ailleurs) un petit plateau coquet et une jolie tasse blanche.
Ce niveau de service super luxe vient caresser à nouveau l’idée qu’un moment donné, ça se paye. Bon sang le passage à la caisse, ça va être un carnage.

 
Une fois que c’est fini, le casque super sonique se met à bipper dans toute la boutique… C’est l’heure du shampoing ! Encore ?? “Je n’ai jamais autant été shampouinée de ma vie” avoue la rédac’chef : et bien, comme ça, avec trois shampoings dans la mâtinée, elle aura les cheveux propres, propres, propres !  
 
Et puis il faut dire aussi que ce fameux lissage brésilien qui a cuit sur ses cheveux, ça les rend raides comme des baguettes et durs comme du carton : en fait, exactement comme dans les mangas japonais.
Regardez :

 
Du coup, c’est peut-être bien aussi de rincer tout ça. Et là, arrive le meilleur masseur de tête de tous les temps : Simon. Il profite de ce troisième passage au bac pour apposer un soin (encore un !) mais cette fois, avec un massage à vous faire oublier le stress de l’addition finale. Des pressions parfaites sur les tempes, des mouvements justement dosés en passant derrière la tête, juste ce qu’il faut là où il faut, pendant 15 minutes. Non, la rédac’chef n’a pas eu d’orgasme (oh, ça va, faut pas exagérer) mais elle a bien failli s’endormir tellement tout cela l’a détendue.

La finition

 
Après ce moment de relaxation, retour dans les mains de Marcio : un brushing rapide et naturel, et une finition de coupe pour peaufiner le mouvement et “placer la frange”. Enfin, on peut admirer le résultat final, fruit du travail acharné des meilleurs spécialistes capillaires de la planète VIP. Alors, ça donne quoi ?
 
Et bien à la vue du résultat, on constate que :
- Marcio a tenu ses promesses : moins de volume capillaire en bas, c’est vraiment mieux. Et un subtil débroussaillage de la frange bien maîtrisé, qui donne une allure plus moderne à notre rédac’chef tant aimée.
- Jennyfer a tenu ses promesses : la rédactrice en chef arbore désormais une couleur de cheveux qui masque parfaitement ses anciens cheveux blancs et surtout… on jurerait qu’elle n’a pas fait de couleur. C’est totalement naturel, c’est vraiment superbe.
- Le lissage brésilien a rendu ses cheveux un tout petit peu plus brillants. Il faut dire que la rédac’chef a déjà des cheveux plutôt brillants (enfin quand elle réussit son brushing et que le temps est sec). Donc côté brillance du lissage brésilien, on s’attendait à un effet nettement plus hallucinant. D’un autre côté, Marcio a préféré opter pour un brushing naturel plutôt qu’une finition avec lissage aux plaques, donc la brillance est moins présente, et de plus les spots chez Massato procurent une lumière indirecte, donc il y a moins d’effet aussi pour cette raison.
 
Aaah… Mais on vous sent un poil frustrée, là : vous voulez les photos, c’est ça ? Vous les avez attendues, après tout ce temps interminable de lecture ???? Et bien les voici. Roulement de tambours.

Après

 
Pour vous, les photos JUSTE APRES LE LISSAGE BRESILIEN, ces photos tant espérées, tant attendues… les voilà :
    
 
Au global, on peut dire que la rédactrice en chef a retrouvé une certaine jeunesse, grâce à des cheveux plutôt souples (merci à Marcio pour sa coupe), plus du tout ternes (merci au lissage brésilien) et une couleur incognito qui assure 0% de cheveux blancs (merci Jennyfer).
 
Si on ne la connaissait pas, on n’aurait pas spécialement pu imaginer que la rédac’chef venait de passer 4 heures chez Massato (QUATRE heures, vous avez bien lu, et ce chiffre n’a pas été trafiqué). En revanche on lui donnerait plutôt 25 ans, alors qu’elle a désormais plus de (bbiiip-censuré) ans, la pauvre.  
Comme quoi, l’expérience Massato, c’est un peu comme le maquillage : un maquillage réussi, c’est un maquillage qui ne se voit pas. C’est pour ça que notre rédac’chef, dans la journée qui a suivi, quand son entourage lui a trouvé bonne mine, elle a simplement répondu “je suis allée chez Massato”.

La boucherie Le passage en caisse

 
Alors… direction l’accueil, pif paf pouf, hop hop hop (surtout rester naturelle), alors pom pom pom, et hop “Ca fera 442 euros” ARRRRGGGLLL pif paf pouf, hop hop hop (faire comme si de rien n’était)… Et là, dégaînage de l’arme absolue : l’article Cosmo trouvé in extremis par la rédac’chef sur Internet et imprimé la veille, qui permet 20% de réduction sur le lissage brésilien, ah, elle ne s’y attendait pas, à celle-là, la demoiselle de l’accueil !!!
“Oui alors cet article il a un an donc bon il n’y a pas de réduction”. (Gloups, aucun échappatoire) – gros moment de solitude.
 
D’un geste mal assuré, la rédactrice sort une carte bancaire, tape son code, et attend : … “demande d’autorisation en cours”… “demande d’autorisation en cours”… “demande d’autorisation en cours”…
(Vite, regarder ailleurs, faire comme si de rien n’était… ah la honte, non pas ça -allez un peu de contenance- aaarrrglll, bon on se reprend “hem hem”, oulah ça va pas très bien, là) -dommage qu’on n’ait pas aussi le casque avec ventilation au moment de payer, parce que niveau suée la rédac’chef elle est au max, là.
 
Bingo. Ca passe… ouffff. Devant le déroulement de cette scène pathétique, Marcio offre gracieusement le sérum Massato. Merci Marcio, c’est vraiment super cool : plus que le sérum lui-même, c’est cette preuve de compassion qui est touchante. Voilà, Massato ça coûte une blinde le luxe a un prix.
 
Détail du luxe en question :
- environ 100 euros pour la coupe
- environ 100 euros pour la couleur
- environ 200 euros pour le lissage brésilien
On vous avait prévenues, mais là au moins vous savez tout.

EPILOGUE : Le lissage brésilien après le premier shampoing à la maison

 
Pourquoi est-ce que nous, à la rédaction Mode, on a choisi de faire un article sur le lissage brésilien ? Parce que ce qu’aucun magazine ne dit se qui se passe APRÈS le premier shampoing à la maison qui suit un lissage brésilien.
 
Ok, on les a vues, les petites nanas qui sortent de chez le coiffeur avec leur lissage brésilien tout beau tout neuf, qui crânent sur le net avec des cheveux brillance-miroir : mais qu’est-ce qu’elles deviennent après ? Une fois que le travail est fichu en l’air au premier shampooing ? Hein ? On ne les voit pas, ces photos-là ?
Et bien nous, à la rédaction, on vous les montre.
 
Enfin on va surtout vous montrer la rédactrice en chef, puisque c’est elle qui a eu le fameux lissage brésilien Massato.

Premièremement, voici le résultat de la tignasse de la rédac’chef après son premier shampoing, suivi d’une demi-heure à l’air libre, sans sèche-cheveux donc. On constate que le séchage naturel est très loin du rendu lisse et brillant imaginé par les filles naïves qui croient que le lissage brésilien est la solution à tous les problèmes capillaires.

 

Deuxièmement, on peut apprécier ci-contre le rendu après trente minutes de brushing intense… on est déjà à shampoing+1heure, là. Le résultat est mieux, mais pas encore magique.

 

Troisièmement, en raison d’un rendez-vous super important le lendemain, la rédac’chef prend la décision d’effectuer un lissage aux plaques. C’est plus chic et en plus la météo est clémente pour les deux jours à venir. Résultat au bout de 30 minutes, tout est lisse, tout est net, tout est impeccable. Mais bon, on est déjà à shampoing+1h30, ce qui fait tout de même beaucoup.

 

Et enfin, on peut admirer cette fois le rendu final : la rédac’chef, au bureau, elle a la classe, surtout quand elle se met sous une lampe comme c’est le cas sur la photo ! Admirer cet effet maxi glossy super couleur top tendance ! En tout cas, nous on veut la même chose.
 
Avoir un look professionnel
Ayez un look parfait au bureau, grâce au guide pratique illustré
» Cliquez ici
Votre enfant n'est pas propre ?
La propreté, ça s'apprend : c'est simple, vous suivez le guide !
» Cliquez ici
Passez au 4/5ème !
Lettre type à l'employeur pour une demande de temps partiel parental
» Cliquez ici
Tableau d'ovulation
Il indique votre période de fertilité suivant le jour de vos règles : imprimez-le !
» Cliquez ici
Comment réussir une fellation
Guide pratique illustré, étape par étape : tous les secrets de la fellation
» Cliquez ici